Du programme du C.N.R. au Projet de société du 21e siècle

2e partie

Nous avons déclaré en conclusion du livre : « En relisant attentivement le programme des « JOURS HEUREUX », ce qui frappe, c’est qu’il ne semble pas être très difficile de le transposer à notre époque. »C’est cette transposition qui est l’objet du présent travail... à commencer par le titre de ce chapitre, dont le texte exact de 44 était : « II -Mesures à appliquer dès la libération du territoire. »Il va de soi qu’il ne s’agit plus aujourd’hui de libérer le territoire de l’occupation nazie.De même que la résistance d’aujourd’hui, basée sur les mêmes principes que celle d’hier, prend des formes différentes essentiellement non violentes, de même la libération n’interviendra pas à une date unique et suite à une série d’engagements militaires.Il n’y aura pas de « grand soir »...!Il y aura probablement une succession de faits, de mesures, voire de lois qui entreront en « rupture » avec la spirale libérale par une voie pacifique et démocratique, et qui s’appuieront sur un « projet de société » élaboré démocratiquement.Donc cette partie pourrait s’appeler :

2e partie : Une utopie réaliste, le projet de société du 21e siècle

L’introduction :
Elle doit annoncer comme en 44 : « Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la Libération. » Il serait bon d’annoncer aussi que la condition première de l’émergence de cette société à imaginer inventer et construire sera la reconstitution des institutions créées à la Libération, diminuées, voire démantelées depuis, et l’abrogation des mesures– gouvernementales ou législatives – qui correspondent à ce que Serge Portelli appelle « des lois, avec des guillemets, de honte et d’usurpation ». Cela touche aussi bien les domaines économiques (privatisations –démantèlement des services publics), sociaux (sécurité sociale, retraites) que l’indépendance de la presse, celle de la justice, le droit des étrangers etc.

Les principes fondamentaux :
En 44 ils étaient répartis dans tout le texte de la deuxième partie. Il semble aujourd’hui opportun de rédiger un paragraphe spécifique qui définirait en somme le corps de « doctrine » sur lequel le programme sera articulé. En effet les historiens qui travaillent sur le programme du C.N.R., comme Olivier Vallade, font remarquer que les projets économiques et sociaux contenus dans ce texte ne font pas seulement appel à des mesures pratiques de bonne « gestion », ils sont étayés par des considérations quasi philosophiques : « la grandeur et la mission de la France », les libertés fondamentales, « l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale », « la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général », « la constitution d’un patrimoine national inaliénable », etc.Outre les principes fondamentaux rappelés plus haut (Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, préambule de la Constitution de 1946, et article 1er de la Constitution de 1958), il est essentiel de reprendre ici le préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée en 1948 :

« Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. » Donc ce texte regrouperait aussi les idées directrices de 44 pour les approfondir de deux manières :-tenir compte de l’évolution économique et sociale depuis la Libération.
Essentiellement faire une critique fondamentale des thèses capitalistes présentées comme inéluctables : le libéralisme, la loi du marché, la concurrence, la mondialisation, la marchandisation de toute activité humaine.

  • Y opposer des principes simples ancrés sur les textes fondamentaux auxquels on ajoutera le titre I de la Déclaration de Philadelphie (Organisation internationale du travail, 10 mai 1944) et en particulier son premier alinéa : « le travail n’est pas une marchandise ». La rédaction actualisée pourrait-être du genre : la personne humaine, son travail, son éducation, sa santé et sa culture ne doivent jamais être transformées en marchandise.La politique sociale– notamment la durée du travail, l’âge de départ en retraite, la durée des cotisations etc. –doit être définie sur la base de critères « philosophiques » : dignité de la personne humaine, sens de la vie...
  • En parallèle il faudra aborder la notion de service public comme composante de la république, pas seulement comme appropriation par l’état d’un moyen de production. Et bien évidemment comme bien commun... inaliénable. Elle devra comporter aussi les « prescriptions morales » de tous ses agents : engagement républicain avec ses corollaires (voir constitution de 58) et engagement dans les dimensions écologiques et internationales. La république n’a pas besoin de « serviteurs de l’état », elle a besoin de « militants républicains » !

- tenir compte de l’évolution politique depuis la Libération, notamment ce qui n’avait pas été explicitement abordé en 44 ou ce qui a émergé depuis, en abordant, dans une perspective morale voire éthique,trois dimensions très importantes aux plans :

  • constitutionnel–Annoncer la nécessité d’une refondation de la République
  • écologique– Pour aborder la responsabilité de chaque citoyen à l’égard de la planète, nous pourrions reprendre le concept développé par la Commune de 1871 à propos des « Principes de l’Ecole Nouvelle » qu’elle souhaitait :« La somme des connaissances humaines est un fonds commun dans lequel chaque génération a le droit de puiser, sous la seule réserve d’accroître le capital scientifique accumulé par les âges précédents au bénéfice des générations à venir. »
  • international (pas seulement européen) – Affirmer que l’orientation citoyenne résistance contemporaine est à la fois internationaliste et altermondialiste.

Les mesures à appliquer :
Cette partie, la plus concrète, devrait être élaborée par le travail des comités locaux et faire l’objet des « cahiers de reconstruction de la République », sur la base d’une trame dont les éléments essentiels viennent d’être décrits.Pratiquement, à partir du texte de 44,
Il n’y a pas lieu de reprendre les alinéas 1, 2 et 3 (le gouvernement provisoire, le châtiment des traitres et la confiscation de leurs biens). Ce qui ne veut pas dire une future amnistie ! Les crimes et délits doivent être sanctionnés par une justice indépendante...Par contre les paragraphes 4 et 5 doivent être repris avec quasiment les mêmes termes, en renforçant les principes éthiques et la dimension gestion démocratique ; et, comme dit plus haut, en apportant les compléments nécessaires :•sur le plan constitutionnel : mettre en discussion la présidentialisation du régime, l’élection du président de la république au suffrage universel, le scrutin proportionnel, etc.Et même aller au fond en posant la question : « la République a-t-elle besoin d’un(e) président(e) ? En affirmant que, quelle que soit la fonction, l’élection républicaine désigne des représentant(e)s du peuple et non pas détenteurs du pouvoir, et qu’ils doivent être « révocables » par référendum (principe élaboré par la Commune de Paris en 1871...). Bref lutter contre toute forme d’abus de pouvoir.La constitution doit remettre en vigueur « les vertus républicaines ».•sur le plan écologique : dans la logique des principes émis plus haut,il y aurait à lancer un appel pour déclarer l’eau et les énergies patrimoine inaliénable non soumis à la marchandisation. De même examiner comment poser le problème de la propriété – y compris publique –des sols dans le respect de ce « capital » patrimoine de l’humanité... Envisager même de substituer la notion de droit d’usage au droit de propriété..introduire le concept d’une éthique de la production des biens et des services (en liaison avec l’alinéa de 44 qui prévoit « une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général »). Là encore, la conception de « service public » si elle n’est pas suffisante en soi pour garantir la prise en compte de la dimension écologique, doit être considérée comme le soubassement de cette orientation..aborder les questions vives (respect de l’environnement, gestion et traitement des déchets –y compris nucléaires, OGM, nanotechnologies, etc.) dans le cadre du développement de la démocratisation de la société et de la production (usagers et producteurs).•sur le plan international:lancer l’idée d’un mouvement « citoyens résistants » à l’échelon européen, avec l’objectif affiché, de transformer fondamentalement cette structure : vers une Europe des nations dont chacune d’entre elles prendrait en charge sa propre destinée en élaborant son propre programme de résistance du 21e siècle, sa propre utopie réaliste....engager le futur gouvernement de la République refondée à mener une politique de paix en général (y compris de désarmement) et de réformes de l’ONU et des institutions internationales comme l’O.M.C. et le F.M.I. allant dans le sens des solidarités internationales.

Un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités récentes :

CNNR : piqueniques résistants du 27 juin

CRHA s’est engagée avec d’autres dans l’organisation de piqueniques résistants le 27 juin à l’initiative du CNNR. Toutes les informations sur le CNNR (...)

En savoir plus

Appel à soutien à Massa Koné

A la suite de l’attaque dont Massa KONE a été victime, les organisations paysannes et de défense des droits humains lancent un appel financier. (Voir (...)

En savoir plus

Rassemblement 2020, les Glières dans un nuage..numérique

Le Rassemblement des Glières des 29/30/31 mai 2020 ayant été annulé, nous vous proposons Un Rassemblement Virtuel Inédit -Téléchargez les Paroles de (...)

En savoir plus

Forum des associations 2020

Vous trouverez ci dessous les liens vers les textes et/ou vidéo ou mp3 proposés par des associations participant à notre forum annuel au sein du (...)

En savoir plus