Vous êtes ici : Accueil > Les Résistances d’Aujourd’hui > L’international > Soutien à Savvas Matsas
Publié : 29 août 2013

Soutien à Savvas Matsas

Pour Savvas Matsas

Le professeur grec Savvas Matsas, philosophe et critique littéraire de réputation internationale, marxiste et Juif, va comparaître devant un tribunal d’Athènes, le 3 septembre, suite à une plainte du parti néo-nazi Chryssi Avghi (Aube Dorée).

Cet intellectuel de la gauche radicale a commis trois crimes impardonnables aux yeux du Procureur. D’abord, il a qualifié les militants d’Aube Dorée de « criminels ». Pour cela, il est poursuivi pour « diffamation ». Ensuite, il a appelé à manifester contre Aube Dorée. Pour cela, il est accusé « d’atteinte à la paix civile ». Enfin, il a appelé à combattre le fascisme. Ce qui lui vaut une accusation pour « incitation à la violence ». Son procès, devant un tribunal d’Athènes, aura lieu le 3 septembre.

On connaît les violences antisémites et racistes perpétrées par des militants d’Aube Dorée. Elles sont établies.

On connaît l’idéologie dont se réclame ce parti. Il ne s’en cache pas.

Tout citoyen attaché aux valeurs de la démocratie, où qu’il soit, a le devoir de dénoncer l’idéologie et les pratiques d’un parti tel que Aube Dorée. Sauf dans la Grèce sous l’autorité d’un gouvernement de droite aux ordres de la Troïka.

Le Professeur Savvas demande qu’on lui adresse des messages qui expriment le droit et même le devoir de tout citoyen de dénoncer les pratiques fascistes et qui appuient le droit qu’il a exercé de traiter les auteurs d’actes racistes violents de criminels, d’appeler à manifester contre le parti dont c’est la pratique régulière et de combattre le fascisme sous toutes ses formes.

On peut lui écrire à l’adresse suivante : savvasmatsas@gmail.com ou Ecrire

Si la Commission européenne assumait les responsabilités qui lui ont été confiées par les traités en matière de défense de la démocratie et des libertés fondamentales, elle ne devrait pas tolérer que la Justice grecque se fasse le défenseur d’un parti nazi. Mais on sait depuis longtemps que la démocratie et les libertés fondamentales sont le dernier souci de cette institution au service de la finance et des milieux d’affaires.

On lira à propos de Savvas, l’excellent article de michael Lowy : ici

Raoul Marc JENNAR